#Communiqué de presse
STOP À L’ARBITRAIRE : DES CRITÈRES OBJECTIFS POUR LES SUBVENTIONS DES CLUBS SPORTIFS

Un certain nombre de responsables de clubs sportifs toulousains dénonce l’inégalité de traitement de la part de la municipalité sortante concernant le montant des subventions. Depuis 6 ans nous dénonçons les baisses imposées à toutes les associations qu’elles soient sportives, culturelles, sociales, éducatives, etc.

Ces baisses, pouvant aller de quelques % à 25% - sans d’ailleurs que les critères de ces différents taux n’aient été explicités -, ont eu de graves répercussions mettant souvent les clubs en difficulté. Les conséquences ont été plus importantes pour les clubs ou associations qui étaient déjà peu soutenus et particulièrement pour ceux qui mènent leurs activités dans les quartiers où les revenus des habitant·e·s ne permettent pas de venir en compensation.

Alors que les clubs sportifs fonctionnent grâce à l’investissement des bénévoles qui bien souvent ne comptent pas leurs heures, il est normal que les moyens financiers permettent de faire face aux coûts incompressibles (équipements, déplacements...).

Dans le cadre de nos propositions pour le prochain mandat, nous défendons une revalorisation des subventions attribuées sur la base de critères objectifs :

  • - nombre de licencié·e·s - dont le nombre d’enfants et de jeunes

  • - qualité du projet éducatif

  • - niveau atteint par l’équipe fanion

  • - attention apportée aux sections féminines

  • - accessibilité et adaptabilité pour les personnes en situation de handicap

Cette mise à plat des critères d’attribution permettra de rétablir une égalité de traitement qui au fil des années semble avoir été bien malmenée. Notre proposition de mettre en chantier l’écriture et l’adoption d’une charte commune « charte pour le sport» permettra d’accompagner les équipes et les clubs en toute transparence, et recréera des liens de confiance entre les institutions et l’ensemble des clubs.

Pierre Cohen

et la liste « Pour la cohésion ! L’autre choix »

Publié le 7 février 2020

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux