L'éducation est une priorité

L’école deviendra le laboratoire de la ville écologique de demain

Le service public de l’éducation doit être conforté dans sa vocation à accueillir les enfants de Toulouse, en respectant la liberté des parents dans le choix du parcours scolaire et éducatif. L’école publique est un lieu formidable de brassage social et d’apprentissage des fondamentaux de l’éducation. La carte scolaire doit y contribuer.

Au regard des enjeux climatiques, nous donnerons la possibilité aux équipes pédagogiques et aux parents, qui seront mieux associés aux projets des écoles, d’engager une éducation prenant fortement en compte les apprentissages à l’écologie. Nous soutiendrons les projets d’école tournés vers des expérimentations pédagogiques en lien avec l’alimentation, la découverte des espaces naturels, la biodiversité etc.

Mais l’école publique doit aussi conserver sa fonction de justice sociale, d’égalité entre les enfants, d’éducation sur la relation filles-garçons, et d’ouverture vers les domaines artistiques et techniques.

Si la compétence des villes est de construire et d’entretenir les écoles, il lui appartient également d’assurer les conditions de vie scolaire, de relations des écoles avec leur proche environnement, d’accueil des parents et d’encouragement des enfants à mieux connaître leur ville et les possibilités d’apprentissage offertes par les activités périscolaires. Ce défi éducatif sera mené en relation avec l’Éducation Nationale et fera l’objet d’un suivi précis au sein des conseils d’école où la présence des élus mandatés sera confirmée.

Nous devons offrir des lieux d’apprentissage adaptés aux défis d’aujourd’hui :

  • La qualité du bâti scolaire et son entretien sont des priorités. Un plan pour les travaux de rénovation d'écoles le nécessitant et une réhabilitation globale d'ensemble sera établi en début de mandat dans le cadre de la Programmation pluriannuelle d'investissement. Les travaux de moyenne envergure seront programmés chaque année. Dans le cadre d'un ensemble d'engagements pris dans notre programme sous le l'intitulé "le devoir climatique" nous lancerons un grand plan de rénovation énergétique des bâtiments publics en priorisant les écoles , avec une exigence de qualité sur les travaux effectués.
  • Nous engagerons un plan de nouvelles créations d'écoles adapté à l'urbanisation et à la croissance démographique dans chaque quartier. Nous ferons des écoles des lieux préservés car irrigués par des aménagements doux (pistes cyclables, réduction de la place de la voiture, trame piétonne végétalisée...).
  • Nous lancerons un programme « Jardins d'école ». Nous proposerons une mise en pelouse de la cour ou une aide au démarrage d'un jardin d'école , en lien avec les espaces verts. Nous mettrons en place des composteurs dans chaque école pour récupérer notamment les épluchures de cantine.
  • Nous créerons un « parcours climatique du petit citoyen  » dans la continuité de l'offre "passeport pour l'art", reprenant le "parcours culturel" instauré en 2008. il s'agira d'ajouter aux projets culturels et artistiques des actions de sensibilisation à l'économie d'énergie, à l'impact de l'utilisation des nouvelles technologies sur le réchauffement climatique, au tri des bio déchets, des déchets 3E, et d'apprendre à jardiner, à cuisiner les légumes, à découvrir des saveurs... rencontrer des paysans en bio, ou en permaculture...
  • Nous privilégierons les achats de restauration en circuits courts à l’échelle locale, en développant des partenariats avec la Région Occitanie avec un objectif de soutien aux filières.
  • Nous lutterons contre le gaspillage alimentaire . Ce gaspillage dans les écoles de Toulouse a été évalué à 13 tonnes/an de repas mis à la poubelle. En éduquant les enfants au goût et à la fabrication des repas, en améliorant la qualité des produits par la prise en compte des ressources en circuit court local, il est possible de réduire de 5 tonnes/an le gaspillage soit près de 8000 repas ne partant plus à la poubelle.

Nous voulons des écoles dans lesquelles tous les enfants, leurs familles et les professionnels trouvent leur place :

  • Nous restaurerons la gratuité pour les plus démunis et mettrons en place d’une tarification solidaire pour les cantines scolaires et les centres de loisirs associés à l’école.
  • Nous réaffirmons le principe de gratuité de l’enseignement en assurant la fourniture par l’école à chaque enfant du matériel de base défini avec les enseignants. 
  • Nous déploierons les dispositifs utiles à la réussite éducative , au parcours scolaire réussi, en partenariat avec les enseignants et les acteurs de la communauté éducative. Afin d’améliorer le cadre de vie scolaire, des études du soir prolongées jusqu’à fin juin seront confirmées.
  • Nous restaurerons le service d’interprétariat pour les familles allophones afin de garantir une bonne communication entre les parents et l’école
  • Nous engagerons un dialogue avec les syndicats et les ATSEM, afin de redéfinir leur rôle et leur organisation de travail, dans le but d’améliorer leur cadre de travail sur la base d’un personnel ATSEM par classe et une équipe de maintenance technique des écoles.
  • Nous créerons des « Maison des familles » dont la vocation visera à accompagner les parents et à lutter contre l’isolement des familles, à faire de la prévention précoce des troubles du lien familial.
  • Les relations entre filles et garçons se construisent dès le plus jeune âge, à la crèche comme à l’école. Il est important de promouvoir l’égalité Fille – Garçon dans les apprentissages, les jeux, la vie de groupe comme dans l’occupation des espaces collectifs
  • La présence des élus municipaux délégués sur les quartiers aux conseils d’école sera garantie et facilitera le dialogue entre les enseignants, les parents et la collectivité.