Le Pouvoir créatif et la transformation de la société

Le défi numérique : accompagner les nouveaux usages (santé, énergie, mobilité, alimentation, culture…)

Le numérique est au cœur de notre quotidien. Il peut apporter le meilleur dans les nouveaux usages. Mais il demeure une crainte légitime. Les données sont souvent pillées alors qu'elles peuvent améliorer le bien-être général (santé, alimentation, énergie, mobilité, culture...). Ce progrès doit être le vôtre, pour un bien-être numérique pour tous.tes. Notre expérience et des mesures concrètes vont nous permettre de vous accompagner.

  • Créer une Autorité Organisatrice du Numérique qui travaillera avec tous les acteurs concernés, usagers, développeurs, services administratifs pour construire collectivement et réguler la façon dont le numérique se développe sur notre territoire au prisme des défis écologiques, sociaux et démocratiques. L’ambition sera de défendre les usages et l’intérêt général dans toutes transformations numériques pour éviter une société marchandisée dans tous les secteurs de la vie et en particulier ceux qui dépendent de services publics.
  • Lancer un Service Public de la Donnée pour protéger les vôtres
    → À l’heure de l’urgence climatique et de la révolution numérique, les services publics doivent être organisés pour collecter et recueillir les informations nécessaires à renseigner les décisions futures, que ce soit sur la pollution de l’air, la pollution sonore, ou encore la pollution lumineuse mais aussi sur l’usage du numérique qui fait aujourd'hui du citoyen un consommateur sous contrôle.
    Toulouse et sa métropole doivent devenir un laboratoire et un exemple à suivre dans le traitement des données de nos concitoyens et concitoyennes, introduisant des garanties pour chacune et chacun. Pour cela une véritable politique doit être mise en place avec des moyens appropriés pour passer de l’Open data à un véritable service public de la donnée.
  • Mettre en œuvre un Plan Numérique annuel, sur le modèle du plan climat. Celui-ci sera voté en Conseil Métropolitain et évaluera les transformations numériques administratives mais aussi toutes les initiatives qui font évoluer les usages.
    Pour fixer des objectifs, formaliser un plan d’actions, et se structurer. Cela passe par la création d’un département du numérique qui accompagne de façon transversale tous les pôles d’actions, avec une capacité de réévaluer les politiques publiques, mais aussi tous les projets qui sont d’intérêt général.
    Parce que nous voulons prendre notre avenir en mains et ne plus rester passifs dans la transmission et la gestion de nos données, nous avons pour ambition de placer en premier plan l’échelon local pour devenir acteur et force de proposition dans le cadre de notre vie numérique, réaffirmer la dimension de « citoyen » pour nos administrés, et sortir du seul schéma de consommateur.
    Nous pensons que la donnée doit s’apparenter à un bien commun et non à une marchandise.